Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Valerette Altiski

Course de ski alpinisme

VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs

Publié le 29 Janvier 2020 par Jean Pierre Sierro

Alexis Sevennec (france)

Alexis Sevennec (france)

Valerette Altiski 2020 une édition de tous les superlatifs qui nous aura fait passer par tous les états d'âmes courant janvier avec des conditions météo et de qualité de neige changeantes et surtout un enneigement faible sur le site. Valerette Altiski, c'est 4 parcours qui se rejoignent au sommet de la pointe de Valerette !!! et la montagne nous a laissé très peu de place pour exploiter ce site exceptionnelle et reconnu pour une compétition de haut niveau. Tous les paramètres et les options de parcours ont été analysées avec précision les deux semaines précédents la compétition. Malgré ces conditions compliquées, nous sommes heureux d'avoir tout mis en oeuvre pour réussir à offrir une véritable course de ski alpinisme selon notre philosophe: ''une course technique, nerveuse, esthétique avec des changements, des portages, des conversions, des couloirs''.

Valerette Altiski c'est une compétition organisées par une équipe de passionnés, un team d'expérience et de compétiteurs, ou nous connaissons l'attente des athlètes qui nous font confiance. Nous retiendrons quelques mots ''foi, persévérance, courage et volonté'' pour organiser cette édition, ou l'exercice est réussi à en voir les sourires des participants(es), des bénévoles et des messages de reconnaissance des athlètes.

Alexis Sevennec (fr) (vainqueur en 2010 et 2020) '' une course qui n'a pas pris une ride, de mémoire c'était ma 1ère  victoire en ski alpinisme. Une course comme il en manque sur le cicuit World Cup. Bravo aux coureurs et organisateurs''

Didier Blanc (fr) (4ème et vainqueur en 2016-2018) '' Valerette Altiski, la course par excellence, technique en montée comme en descente et le tout dans la bonne humeur, Bravo aux organisateurs pour l'énorme travail effectué''    

Valerette altiski... une réalité 

''Une édition réussie grâce à l’énorme travail entrepris les jours précédents la course mais surtout un travail d’entretien du site depuis plus de 30 ans avec la coupe de vernes pour permettre les passages hivernaux. Sans ce travail automnal Valerette Altiski 2020 n’aurait simplement pas pu se dérouler ''

 

BRAVO et MERCI aux participants(es) de nous avoir fait confiance au vu d'une situation d’enneigement plus compliquée qu’à l’accoutumée.

MERCI au comité de Valerette

MERCI à Raphy Frossard - chef d'orchestre de Valerette depuis plus de 25 ans, et à Stéphane Millius avec tout le staff du terrain, MERCI à tous les responsables et MERCI à nos 170 bénévoles

Merci à nos parrains, partenaires, annonceurs et donateurs

CO Valerette Altiski 

Jean-Pierre Sierro        

 

VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs

Un Valerette Altiski… français

Au niveau sportif, il faut aller au cinquième rang de la course pour trouver le champion suisse individuel de ski-alpinisme. Ex-pensionnaire de l’équipe nationale, le Morginois Yannick Ecoeur a dû laisser une armada française s’octroyer les premiers rangs d’un Valerette Altiski de grande cuvée. En tête, Alexis Sévennec. Chez les dames, le titre national revient à la Fribourgeoise Ilona Chavaillaz. Au bilan, plus de 430 concurrent(e)s ont pris part à cette épreuve individuelle.

Organisé cette course a relevé d’un défi depuis plus d’une semaine pour les organisateurs qui se sont trouvés face à un enneigement plutôt maigre. A l’arrivée, les compliments sont pourtant tombés : «c’est du vrai ski-alpinisme, comme on l’aime. Ca nous change des parcours de la Coupe du Monde». L’éloge est du vainqueur du jour, Alexis Sévennec qui n’a pas fait le déplacement de la Coupe du Monde à Andorre. Avis partagé par son dauphin et copain de l’équipe de France, Valentin Favre qui a vu se glisser derrière lui le premier des espoirs, Eddy Bouvet, de Montriond. Côté suisse, Yannick Ecoeur, a démontré que sa retraite internationale ne l’empêchait pas de rester sur le devant de la scène. Champion suisse, il précède de peu le Gruyérien Romain Guillet, et le valaisan Thomas Corthay .

Les satisfactions suisses sont à chercher du côté des dames avec le succès, attendu depuis longtemps, de la fribourgeoise Ilona Chavaillaz. La nouvelle championne suisse précède la Valaisanne de Nendaz, Gaëlle Perrier, qui s’est octroyé une magnifique deuxième place. Remarquable descendeuse, elle a pris beaucoup de plaisir sur ce parcours très technique et aux descentes difficiles. A la troisième place scratch, une ancienne gagnante de l’épreuve, la Française Valentine Fabre a complété le tableau tricolore du jour.

Epreuve réussie pour ce Valerette Altiski modifié, pour aller chercher la neige, et qui a servi aux coureurs un parcours technique et sélectif. Un parcours qui relevait presque du miracle et qui a fait l’unanimité.

VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs
VALERETTE ALTISKI une édition de tous les superlatifs

Valerette Altiski jeunesse

Une quarantaine de jeunes ont participé à Valerette Altiski, dans les différentes catégories juniors et cadets. Comme à l'accoutumée, nous avons tracé un parcours pour leur permettre d'atteindre le sommet de la Pointe de Valerette. Ce Valerette Altiski a aussi été l’occasion de revoir à l’œuvre, chez les jeunes, les quatre médaillés olympiques de JOJ Lausanne 2020. Chez les jeunes filles, Caroline Ulrich (juniors) et Thibe Deseyn (cadette) ont assuré la victoire. Chez les garçons la lutte entre les frères Bussard a tourné cette fois à l’avantage de Robin. Le prometteur Valaisan Yoann Farquet a pris la deuxième place.

Commenter cet article